• Blour tower
  • Roshdiye
  • Gari bridge
  • municipality building
 
  Statistiques - Site web
invité : 50
Utilisateurs enregistrés dans le site : 4
Membres en ligne : 0
Aujourd'hui : 33
Hier : 29
le mois : 1051
 
  history

Les comptes primitifs

    Des débuts de Tabriz n'ont pas encore une histoire claire. Par les suppositions de certains archéologues,  on dirait que le Jardin d'Eden pourrait être probablement situé à Tabriz. Pour la première fois, Tabriz a été choisie comme capitale pour certains souverains comme l’époque Atropatès et sa dynastie selon les citations de Tarui ou Tauris ou Mèdes dans l'exergue de roi assyrien nommé Sargon II en 714 avant Jésus-Christ.

    Au site du musée âge de fer, au nord du site Mosquée Bleue, on a découvert, par une récente excavation, un cimetière correspondant au premier millénaire avant JC. Cette découverte  relie l'histoire de la civilisation dans la ville au premier millénaire avant JC. Il est plus probable que la ville a été à plusieurs reprises détruite et reconstruit, soit par des catastrophes naturelles ou par des envahisseurs.

   Les premiers éléments structurels actuelles de la ville sont construit ou bien au moment du début du Sassanides dans le 3e ou 4e siècle de notre ère , ou plus tard dans le 7ème siècle après Jésus-Christ.


De la conquête musulmane à Qajars

La victoire de l'Iran par les musulmans cause la résidence de la tribu arabe du Yémen Azd à Tabriz et c’était justement dès cette époque qu’a commencé le développement de post- islamique à cette ville. En 791 AD, Zubeydéh, l'épouse du calife abbasside Haroun al - Rashid, reconstruit Tabriz après un terrible tremblement de terre dévastateur et orne la ville de sorte qu’on peut la considérer comme le fondateur de Tabriz.

   Après l'invasion mongole, Tabriz est venu éclipser et Maragheh devint plus tard la capitale des Ilkhanides à l’Azarbaydjan jusqu'à ce qu'il ait été limogé par Timur en 1392. Choisie comme capitale par Abaqa Khan, quatrième souverain de l’Ilkhanide, pour son emplacement privilégié dans les prairies du nord-ouest, en 1295, son successeur Ghazan Khan a fait le centre administratif en chef d'un empire qui s'étend de l’Anatoli à la rivière Oxus et du Caucase à l'océan Indien et sous le règne de qui, ont été construits de nouveaux murs autour de la ville, et de nombreux bâtiments publics, des établissements d'éducations et des caravansérails ont été édifiées pour servir les commerçants voyageant sur ​​l'ancienne Route de la Soie. Le byzantine Gregory Choniades aurait servi de la ville comme évêque orthodoxe pendant ce temps. Marco Polo qui voyage sur la route de la soie en passant à Tabriz, vers 1275, le décrit comme :

" ... une grande ville entourée de jardins magnifiques et agréables. Il est situé très bien de sorte que les marchandises serraient apportées ici de nombreuses régions. Des marchands latins, en particulier Genevis y aller pour acheter les marchandises qui viennent de l'étranger ... "

 

    De 1375 à 1468, Tabriz était la capitale de l'Etat Kara Koyunlu en Azarbaydjan, et de 1469 jusqu’à 1501 la capitale de l'Etat Ak Koyunlu . Certains des monuments historiques existants, y compris la Mosquée Bleue, sont appartenaient à la période Kara Koyunlu.

    En 1501, Shah Ismail I est entré à Tabriz en le proclamant la capitale de son Etat safavide. En 1514, après la bataille de Chaldiran, Tabriz a été temporairement occupé par les Ottomans, mais est restée la capitale de l’empire Safavide  en Iran jusqu'à 1548, quand Shah TahmaspI la fait transférée à Qazvin.

    Entre 1585 et 1603, Tabriz serrait encore occupée par les Ottomans, mais a ensuite été remis aux Safavides, après ça il a grandi comme un important centre commercial, faisant du commerce avec l'Empire ottoman, la Russie, l'Asie centrale et l'Inde. En 1724-1725, la ville fut à nouveau occupée par les Ottomans, et deux cent mille de ses habitants ont été massacrés. La ville a été reprise plus tard par l'armée iranienne. En 1780, un tremblement de terre dévastateur près de la ville a tué plus de 200 000 qui est considérée comme la 25ème plus grande catastrophe meurtrière de tous les temps.

    Au cours de la dynastie Qajar la ville était la résidence pour le prince héritier. Le prince héritier normalement servi ainsi comme gouverneur de la province de l'Azarbaydjan. L'un des plus importants événements de cette période a été la guerre entre l'Iran et la Russie. Avec la dernière série des guerres russe – iranienne, la ville a été capturée par la Russie en 1826. Après la signature du traité de paix de la retraite de l'armée russe, l'influence politique de la Russie est restée encore un problème majeur jusqu'à la chute de l'empire russe. Après la retraite de l'armée russe, Abbas Mirza, prince Qajar de la couronne, a lancé un programme de modernisation commençant de Tabriz. Il a présenté des institutions de type occidental, importé des machines industrielles, a installé le premier service postal régulier, et a entrepris des réformes militaires dans la ville. Il reconstruit Tabriz et a établi un système d'imposition moderne.

Époque contemporaine

   Grâce à la proximité de l'ouest et aux communications avec les mouvements des Lumières des pays voisins, Tabriz devint le centre des mouvements de la révolution constitutionnelle entre 1905 et 1911, les quels permettent à l’établissement d'un parlement en Iran. Sattar Khan et Bagher Khan deux réformistes tabriziens, en conduisant les gens à une solidarité, avaient eu un grand rôle dans la réalisation de cette révolution.


Capitale de l'Iran

   Tabriz a été choisie comme capitale dès l'époque des souverains Atropatès. Depuis 1265,  il était la capitale de la dynastie Ilkhanide. Pendant le règne de Ghazan khan, qui est arrivé au pouvoir en 1295, la ville a atteint à son plus haut splendeur. Ensuite, le territoire a été étiré de l'Amou-Daria à l'Est jusqu’au frontières de l'Egypte à l'Ouest et du Caucase du Nord à l'Océan d’Inde dans le Sud. Il a été de nouveau la capitale de l'Iran durant la dynastie Kara Koyunlu 1375-1468, puis durant  la dynastie Ak Koyunlu dans 1468-1501. Enfin, il devenait la capitale de l'Empire iranien dans la période safavide de 1501 jusqu'à leur défaite en 1555.

Au cours de la dynastie Qajar, Tabriz a été utilisé comme centre de la résidence du  prince héritier (1794-1925).